Vous êtes ici : Accueil > Coup de cœur > Citations > Intra-muros.

Citations provenant du milieu échiquéen.

1-10.

« Les réformistes prétendent que les progrès de la théorie conduiront à la disparition des échecs, et qu'il faut, pour leur rendre vie, en remanier les règles. En réalité, qu'exprime cette affirmation ? Le mépris de l'intuition, de l'imagination et de tous les autres éléments qui font des échecs un art. »
Alexandre Alekhine

« Deux fous gagnent, mais jamais trois. »
Alexandre Alekhine

« Pour moi, les échecs ne sont pas un jeu, mais un art. »
Alexandre Alekhine

« Pour me battre, il faut me battre trois fois : une fois dans l'ouverture, une fois dans le milieu de jeu, et une fois en finale. »
Alexandre Alekhine

« Dans notre vie, les échecs sont multiples, mais ils sont aussi source de bonheur. »
Anonyme

« On devient grand le jour où on commence à battre papa aux échecs. On devient adulte le jour où on le laisse gagner ! »
Anonyme

« Shah mat. Le roi est mort. Cri de fierté d'un joueur venant de terrasser son adversaire, courtoisement, sans effusion de sang. »
Anonyme

« Cavalier au bord, cavalier mort. »
Anonyme

« Les ouvertures vous apprennent les ouvertures, les finales vous apprennent les échecs. »
Anonyme

« Quand on devient fort, l'important n'est plus de trouver les règles des positions, mais les exceptions. »
Anonyme

11-20.

« Pour endormir l'adversaire : il faut un coup sain et un beau mat là. »
Anonyme

« Perdre une partie d'échecs contre un ordinateur, c'est comme avoir des trous dans ses chaussettes : ce n'est pas gênant tant qu'on est le seul à le savoir. »
Anonyme

« Je ne veux pas devenir champion du monde, car je ne veux pas perdre tous mes amis. »
Lev Aronine

« Le thème de l'attaque double intervient d'une manière ou d'une autre dans l'immense majorité des combinaisons. »
Youri Averbakh

« Il n'y a plus de joueurs du niveau de Jacob Murray dont la seule quête est le beau jeu, le plaisir de voir les pièces construire quelque chose. Sur 10 idées à la minute, 9 seront sans intérêt, la dernière s'avèrera géniale. »
Bauer

« Vous savez, O'Kelly, lorsque j'arriverai de l'autre côté, j'aurai un grand avantage sur Lasker et Capablanca. En effet, j'arriverai avec les dernières trouvailles théoriques. »
Ossip Bernstein

« Même si l'adversaire joue le coup analysé précédemment, recommencez l'analyse en voyant la nouvelle position. »
Benjamin Blumenfeld

« Si rien de grave n'est détecté lors de l'analyse d'une position, on joue alors le coup. »
Benjamin Blumenfeld

« Je gagne avec les blancs car j'ai l'avantage de commencer, et je gagne avec les noirs car je m'appelle Bogolioubov. »
Efim Bogolioubov

« Tout change constamment, y compris dans le monde des échecs. »
Mikhaïl Botvinnik

21-30.

« Il existe une science dont le but est l'étude de l'acoustique et des sons. Mais il y a aussi un art qui se sert de l'océan des sons : c'est la musique. De toute évidence, il en est de même pour la pensée. La logique est l'étude des lois de la réflexion et les échecs reflètent, en tant qu'art, le côté logique de la réflexion, sous la forme d'images artistiques…  »
Michaïl Botvinnik

« Les échecs, c'est l'art d'analyser. »
Mikhaïl Botvinnik

« Plusieurs personnes se sont demandées comment Tal faisait pour gagner… En fait, c'est très simple ! Il met ses pièces au centre de l'échiquier et les sacrifie quelque part ! »
David Bronstein

« - Quelle différence y a-t-il entre les échecs avec confrontation directe et les échecs par correspondance ? »
Gérald Grand
« - Est-ce que vous faites l'amour par correspondance ? »
David Bronstein

« Mon pion favori sur ma case favorite ! »
David Bronstein

« Vous n'êtes pas toujours obligé de jouer le meilleur coup. Un coup doit être actif, entreprenant, correct et beau. »
David Bronstein

« Les échecs, c'est l'imagination. »
David Bronstein

« Je n'ai jamais eu la satisfaction de battre un adversaire en pleine forme. »
Amos Burn

« On peut en tirer plus d'utilité d'une partie perdue que de cent parties gagnées. »
Jose Raul Capablanca

« - On pourrait écrire un livre sur les mauvais coups de Monsieur Capablanca, il n'en a pas fait beaucoup. »
Eugène A. Znosko-Borovsky
« - On pourrait écrire un livre sur les bons coups de Monsieur Znosko-Borovski, … »
Jose Raul Capablanca

31-40.

« Un bon joueur a toujours de la chance. »
Jose Raul Capablanca

« Lorsque le joueur le plus fort a le fou, alors c'est le fou qui est le meilleur ; lorsqu'il a le cavalier, alors c'est le cavalier qui est supérieur. »
Jose Raul Capablanca

« On n'a jamais que l'âge auquel on a commence à jouer aux échecs, car après on cesse de vieillir. »
Jose Raul Capablanca

« Comment voulez-vous qu'une fille normale ait envie de sortir avec un type qui réfléchit pendant plus de deux heures avant d'ébaucher le plus petit geste du bout des doigts ? »
Dick Cavett (expliquant pourquoi Robert Fischer n'arrivait pas à se marier)

« Lorsque vous avez trouvé un bon coup, cherchez-en un meilleur. »
Pedro Damiano

« Même si vous avez un bon coup à faire, regardez toujours s'il n'y en a pas un qui lui soit préférable. »
Pedro Damiano

« Aucun coup ne doit être joué sans but. »
Pedro Damiano

« Aux échecs, les retours au sommet sont rares : les dommages psychologiques consécutifs à une défaite sont trop sévères. »
Daily Telegraph

« Les échecs sont et restent toujours un combat, un combat intégral comme la boxe, la lutte ou un autre sport, et où il doit y avoir un vainqueur et un vaincu. »
Emil Dimer

« J'aime toutes les positions. Donnez-moi un jeu de position difficile, je le jouerai. Donnez-moi une mauvaise position, je la défendrai. Les ouvertures, les finales, les positions complexes, les nulles insipides, je les aime et je ferai de mon mieux. Mais les positions totalement gagnées, je ne peux pas les tenir. »
Jan Hein Donner

41-50.

« Nous devons nous assurer que les échecs ne deviennent pas comme une langue morte, très intéressante, mais pour un groupe très restreint. »
Sytze Faner

« Le roi est une pièce forte. Utilisez-le. »
Reuben Fine

« Toutes choses étant égales , c'est la conviction qui gagne. Alliée à une volonté de vaincre, elle sert de détonateur , suscite des idées , disperse les doutes, et aide à penser clairement. »
Robert Fischer

« - De quoi parliez-vous avec Monsieur Spassky ? »
Un journaliste
« - Quand j'arrive, je lui dis bonjour ; quand je pars, je lui dis échec et mat. »
Robert Fisher

« Les échecs sont affaire de jugement sensible. Savoir quand frapper et quand esquiver. »
Robert Fischer

« Votre équipe restera la plus forte encore longtemps, mais le prochain champion du monde pourra être né n'importe où, y compris dans un endroit où on ne joue pas aux échecs. »
Robert Fischer (à un journaliste soviétique)

« Le moment que je préfère le plus dans une rencontre, c'est celui où je sens que la personnalité de l'adversaire se brise. »
Robert Fischer

« Nous formons une seule famille. »
Devise de la FIDÉ

« La conception d'un plan est le processus par lequel un joueur exploite les avantages de sa position tout en s'efforçant d'en réduire au minimum les inconvénients. Afin de garantir le succès, un plan doit toujours se fonder sur un diagnostic objectif des particularités d'une position. La conception d'un plan est d'autant plus difficile que la position est équilibrée, et grandement facilitée lorsqu'il n'existe qu'un seul plan susceptible de répondre aux exigences de la position. »
Harry Golombek

« Capablanca avait l'art de camoufler l'art au suprême degré. »
Harry Golombek

51-60.

« En blitz, le cavalier l'emporte sur le fou. »
Vlastimil Hort

« Nous sommes les pions de la mystérieuse partie d'échecs jouée par Dieu. Il nous déplace, nous arrête, nous pousse encore, puis nous lance un à un dans la boîte du Néant. »
David Janowsky (épitaphe)

« Kasparov joue bien en ce moment, car il a beaucoup d'ennemis. »
Un jeune maître

« Le talent, c'est 99 % de travail et 1 % d'inné. »
Gata Kamsky

« Si je n'étais pas joueur d'échecs, je serais le meilleur dans quelque chose d'autre. »
Anatoly Karpov

« Je crois qu'il existe des manières très spécifiques de jouer efficacement contre une machine. Évidemment, nous n'avons aucune chance en technique pure, parce que l'ordinateur calcule de manière parfaite. Mais lorsque nous faisons appel à notre cerveau, en utilisant l'intuition et la compréhension, alors nous restons beaucoup plus forts. »
Anatoly Karpov

« Les échecs, c'est ma vie, mais ma vie ce n'est pas seulement les échecs. »
Anatoly Karpov

« Il n'y a pas de victoire sans perte. Mais si tu pleures, je ne joue plus avec toi. »
Le père d'Anatoly Karpov

« Ce ne sont pas tant les règles que leurs exceptions qui sont importantes. »
Garry Kasparov

« Les échecs, c'est un art. »
Gary Kasparov

61-70.

« Les parties sont toutes différentes alors que les interviews sont toujours les mêmes. »
Garry Kasparov

« C'est une question de caractère. Beaucoup de gens perdent leur motivation très vite. D'autres, ils sont rares, peuvent la conserver très longtemps. J'aime les échecs, encore aujourd'hui je suis heureux d'analyser des parties. J'aime toujours gagner, je déteste encore perdre. Bien jouer est important pour mon intégrité intellectuelle et morale. Et puis les échecs vivent en ce moment une période historique grâce à internet. Ils se développent dans les systèmes éducatifs à travers le monde. Ils sortent de leur ghetto, et c'est mon rôle de mener à bien cette révolution. »
Garry Kasparov

« Aucun ordinateur ne me battra ! »
Garry Kasparov

« Il n'y a pas eu de défaite parce que je ne crois pas que cet ordinateur ait jamais existé. IBM a triché en refusant d'imprimer les modes de recherche de la machine. C'est évident, pendant le match, des coups décisifs ont été joués par des êtres humains. Aujourd'hui, les meilleurs spécialistes en informatique ne peuvent toujours pas expliquer comment Deep Blue a pu jouer contre la logique des ordinateurs. IBM a gagné une guerre de communication, mais ils sont incapables de prouver que l'ordinateur a gagné tout seul. »
Garry Kasparov (après sa défaite contre le super ordinateur Deep Blue en 1997)

« Les écrivains ont utilisé les échecs pour analyser les côtés extrêmes de la nature humaine. Dans ce cadre, les échecs offrent un champ d'expérimentation idéal. Mais on pourrait faire la même chose avec la peinture. Et là, en vous référant à Van Gogh, vous ne tirerez pas de conclusion définitive sur les peintres. »
Garry Kasparov

« J'aime trop la vie et je suis trop intelligent pour me laisser enfermer dans le jeu d'échecs. »
Garry Kasparov

« Le plus grand jeu de l'esprit jamais inventé, plus vous l'apprenez, plus vous y prenez du plaisir. »
Garry Kasparov

« Il essaya de se convaincre lui-même de pouvoir éviter toute erreur et de ne jamais perdre. Quelle horreur ! »
Garry Kasparov (parlant de Robert Fischer)

« Karpov est une pièce de musée. »
Garry Kasparov

« Fischer est le meilleur joueur du monde et Karpov n'est qu'un joueur de bistrot. »
Garry Kasparov (à 16 ans)

71-80.

« Les échecs sont un sport. »
Ray Keene

« Les échecs sont une épreuve de volonté. »
Paul Kérès

« Ce qui caractérise les parties de combat, c'est que si le défenseur a constamment de difficiles problèmes à résoudre, l'attaquant doit chercher sans relâche de nouvelles possibilités d'attaque. »
Koblentz

« Il n'y a pas de prix trop élevé au scalp de l'ennemi. »
Koblentz

« Il vaut toujours mieux jouer un plan faux de façon logique que de n'avoir pas de plan du tout. »
Viktor Kortchnoï

« Je considère la neutralité comme une maladie grave. »
Viktor Kortchnoï

« Un plan correct fait de nous des héros ; l'absence de plan fait de nous des zéros. »
Alexander Kotov

« Les échecs… une merveilleuse maîtresse. »
Bent Larsen

« On a dit que l'homme se distingue de l'animal par le fait qu'il achète plus de livres qu'il ne peut en lire. Je voudrais suggérer qu'inclure à la liste des livres quelques livres d'échecs rendrait la distinction manifeste. »
Edward Lasker

« Les échecs sont un langage international. »
Edward Lasker

81-90.

« Les échecs mettent en conflit, non pas deux intelligences, mais deux volontés. »
Emmanuel Lasker

« La victoire dans une partie d'échecs appartient la plupart du temps à celui qui voit un peu plus loin que l'adversaire. »
Emmanuel Lasker

« La vie et les échecs sont tous les deux une lutte constante. »
Emmanuel Lasker

« Le Dr Tarrasch écrit sur les échecs, les explique et joue selon ses analyses, c'est là sa faute. »
Emmanuel Lasker

« L'amour du jeu des échecs chez le Dr Tarrasch prend sa source dans sa vénération pour les qualités mystiques problématiques (énigmatiques) du jeu et sans être conscient de cela, il s'appuie toujours sur la solidité de la structure logique du jeu des échecs, solidité qu'il estime trop considérable et cela sans que rien ne l'y autorise, il bâtit de grands monuments sur des fondations peu sûres (incertaines). »
Emmanuel Lasker

« Les échecs, c'est un combat. »
Emmanuel Lasker

« J'ai connu beaucoup de joueurs d'échecs mais un seul génie : Capablanca. »
Emmanuel Lasker

« À chaque perte on perd un peu de soi. »
Joël Lautier

« À chaque nouveau coup, l'échiquier est transformé. »
Un maître

« Aidez vos pièces, elles vous aideront. »
Paul Morphy

91-100.

« L'ordinateur a tué l'originalité. Il n'y a plus guère d'aventures sur l'échiquier. »
Jacob Murray

« Un footballeur joue avec ses pieds, parfois avec sa tête. Un joueur d'échecs ne joue qu'avec sa tête. Et quand il ne joue plus, il meurt. »
Jacob Murray

« La menace vaut mieux que l'exécution. »
Aaron Nimzowitsch

« Ne tendez aucun piège pour le plaisir ! Ne jouez rien dans l'espoir que l'adversaire réagisse de façon stupide ! Prenez toujours pour acquis que l'adversaire va trouver le meilleur coup ! Ne jouez jamais de coup dans l'espoir que l'adversaire ne voie pas la menace ! Chacun de vos coups doit améliorer la position d'une façon ou d'une autre. »
Aaron Nimzowitsch

« Lorsque vous vous retrouvez devant une position atroce, ne tendez pas un ultime piège dérisoire avec l'intention d'abandonner si l'adversaire le déjoue ! Faites-vous plutôt un devoir de résister comme si votre vie en dépendait. Jouez le coup qui vous déplairait au centuple si vous étiez dans la peau de votre tortionnaire ! »
Aaron Nimzowitsch

« Les cavaliers se révèlent fort utiles dans les positions fermées. D'habitude, les fous sont un peu plus forts que les cavaliers dans les positions ouvertes. Qu'on le veuille ou non, il restera toujours des exceptions ! »
Aaron Nimzowitsch

« Pour se monter efficace, un cavalier a besoin d'avant-postes ! Les cavaliers font les meilleurs "bloqueurs" de pions passés. »
Aaron Nimzowitsch

« Une confiance aveugle en des principes élevés au niveau de dogmes freine la croissance personnelle, aux échecs comme dans tout autre domaine. »
Aaron Nimzowitsch

« Même si gagner du matériel vous excite, n'acceptez aucun sacrifice qui fasse cadeau de votre initiative à l'ennemi. »
Aaron Nimzowitsch

« Après avoir gagné du matériel, modérez vos ardeurs. Pensez plutôt à tout protéger, à renforcer vos points faibles, à coordonner à nouveau vos pièces. Ensuite seulement, vous déclencherez l'assaut final. »
Aaron Nimzowitsch

101-110.

« Toutes les manœuvres exécutées sur une colonne ouverte ont pour but ultime l'intrusion définitive sur la septième ou la huitième rangée, en plein cœur de la position ennemie. »
Aaron Nimzowitsch

« Les échecs sont un jeu par leur forme, un art par leur essence et une science par sa difficulté d'acquisition. Ils peuvent vous procurer autant de plaisir qu'un bon livre ou une belle musique, mais vous n'aurez une réelle joie que si vous arrivez à bien jouer. »
Tigran Petrossian

« On dit que mes parties devraient être plus "intéressantes". Je pourrais être plus "intéressant" …et perdre ainsi. »
Tigran Petrossian

« Le pion est l'âme des échecs. »
François-André Danican Philidor

« Les échecs ; un objet d'amusement sérieux dans lequel j'ai acquis quelque réputation. »
François-André Danican Philidor

« Je n'ai pas de fiancée parce que le jeu d'échecs ne me laisse pas assez de temps pour quelque chose d'aussi sérieux. »
Ruslan Ponomariov

« Votre seul travail dans les ouvertures, c'est d'obtenir un milieu de partie jouable. »
Lajos Portish

« Je ne suis pas le dernier à jouer lâchement des coups douteux pendant le zeïtnot de l'adversaire pour l'achever : en effet les coups qui font le plus peur sont ceux que l'on ne comprend pas. Je me fais souvent peur quand je joue. »
Professeur anonyme

« - Combien de coups d'avance un grand maître calcule-t-il habituellement ? »
Un amateur
« - Un seul. »
Richard Réti

« Il (Jacob Murray) ne joue pas pour le bon coup, mais pour le meilleur. »
Eloi Rolange

111-120.

« Des idées, des idées, j'en ai cent, j'en ai mille. Des bonnes, des mauvaises, applicables, irréalisables… Il suffit de faire le tri ! »
Roos

« Je préfère ne pas donner les titres des poèmes qui me plaisent, cela pourrait renseigner mes futurs adversaires sur mon état d'esprit… Au échecs, il ne faut jamais dévoiler ses sentiments intérieurs, ni donner d'indications personnelles. »
Valéry Salov

« La partie est beaucoup plus importante que le résultat final. »
Shirov

« Les échecs représentent une sphère d'idées créatrices basée sur la volonté des deux protagonistes. »
Vassily Smyslov

« - Préférez-vous une dame de plus aux échecs ou dans la vie ? » « - Ça dépend de la position. »
Boris Spassky (nouvellement marié)

« Nous étions comme deux fous de couleur opposée. »
Boris Spassky (commentant son divorce.)

« Même un GMI sait rarement calculer sur plus de cinq coups une attaque à sacrifice. »
Rudolf Spielmann

« Donnez-moi un cavalier en 6e et je gagnerai toutes mes parties. »
Wilhelm Steinitz

« - Monsieur Steinitz !, s'était écrié un millionnaire, vous ne participez aux tournois que pour l'argent, alors que moi, je n'y viens que pour l'honneur. » « - Chacun joue pour ce qu'il n'a pas .»
Wilhelm Steinitz

« Les échecs ne sont pas pour les âmes timides. Ils requièrent un homme entier, qui ne s'arrête pas aveuglément à ce qui a été déjà établi, mais qui tente individuellement de sonder les profondeurs du jeu. »
Wilhelm Steinitz

121-130.

« Il y a deux types de sacrifice : ceux qui sont corrects et les miens. »
Mikhaïl Tal

« Les échecs ont trois composantes : le temps, l'espace et le matériel en dernier. »
Mikhaïl Tal

« Avant la finale, les dieux ont créé le milieu de partie. »
Siegbert Tarrasch

« La tactique est l'élément le plus important du milieu de jeu. »
Siegbert Tarrasch

« Ne bougez aucun de vos pions et vous ne perdrez jamais la moindre partie. »
Siegbert Tarrasch

« Les erreurs sont comme les malheurs, elles n'arrivent jamais seules. »
Siegbert Tarrasch

« J'ai toujours senti une vague pitié pour l'homme qui ne connaît rien aux échecs, tout comme j'en aurais pour un homme ignorant de l'amour. Les échecs, comme la musique ou comme l'amour, ont le pouvoir de rendre heureux. »
Siegbert Tarrasch

« Je me trompe, donc je suis. »
Xavier Tartacover

« Seul un grand joueur sait à quel point il joue faiblement. »
Xavier Tartacover

« Il vaut mieux sacrifier les pièces de l'adversaire. »
Xavier Tartacover

131-140.

« Les sacrifices démontrent seulement que quelqu'un a gaffé. »
Xavier Tartacover

« Un pion isolé assombrit tout l'échiquier. »
Xavier Tartacover

« Le pat est la tragi-comédie des échecs. »
Xavier Tartacover

« Des échecs, on ne peut en vivre, mais on peut en mourir. »
Xavier Tartacover

« Cette fois, je suis vraiment très, très mat. »
Xavier Tartacover (sur son lit de mort)

« Comme dans la vie, le meilleur coup aux échecs est toujours celui qui a été fait. »
Xavier Tartacover

« On n'a jamais gagné une partie en abandonnant. »
Xavier Tartacover

« Les échecs sont un conte de fées de 1001 gaffes. »
Xavier Tartacover

« Les erreurs sont là pour être commises. »
Xavier Tartacover

« Pauvres hommes ! Comme vous ressemblez dans toutes vos entreprises au joueur d'échecs qui "aurait pu gagner la partie". »
Xavier Tartacover

141-149.

« La tactique, c'est ce que vous faites quand il y a quelque chose à faire ; la stratégie, c'est ce que vous faites quand il n'y a rien à faire. »
Xavier Tartacover

« L'avant-dernière faute fera gagner. »
Xavier Tartacover

« Les échecs, c'est 99 % de tactique. »
Richard Teichmann

« Le génie consiste à savoir transgresser les règles au moment opportun. »
Richard Teichmann

« Ne dites pas : "J'ai fait un sacrifice de fou", mais dites : "J'ai fait un sacrifice peu cavalier". »
William Thomas

« Les échecs sont une boxe mentale. »
Jan Timman

« De nos jours, si vous n'êtes pas un grand maître à 14 ans, vous ne le serez jamais. »
Anand Vishwanathan

« Ce n'est pas à un coup que vous devez réfléchir, fut-il le meilleur, mais à un plan réalisable. »
Eugène A. Znosko-Borovsky

« Les échecs, c'est la lutte contre l'erreur. »
Johannes Zukertort

Accueil  |  Haut de page  |  Suivant.

© Normand Lamoureux, 2002–2008. Sous licence Creative Commons.
Politique d'accessibilité du site. Respect de la vie privée.
À jour le 20 octobre 2005.