Vous êtes ici : Accueil > Histoire > Chapitre 7.

7. Qu'arriva-t-il aux échecs pendant le sièce des Lumières ?

Dans le monde occidental, le XVIIIe siècle devint le siècle du peuple, aux échecs comme en politique. Parmi les plaisirs de la haute société, les jeux d'argent remplacèrent les échecs, mais ceux-ci s'étaient déjà frayé un chemin dans la vie du commun des mortels (les femmes y jouaient toujours, mais le jeu devenait petit à petit un amusement « masculin »).

C'est au XVIIIe siècle que se sont constitués les clubs d'échecs : un lieu de rencontre pour les joueurs d'échecs, soit un café, une taverne ou encore une salle réservée exclusivement aux échecs. Dans maintes grandes villes d'Europe, on vit s'établir à cette époque des lieux de vacances, ou « divans », spécialisés dans le jeu d'échecs et dont la réputation a duré jusqu'à nos jours.

Les premiers professionnels des échecs firent leur apparition. Plutôt que de rechercher les subventions de riches mécènes, ces audacieux personnages jouaient dans les cafés pour se subvenir à eux-mêmes, donnaient des leçons et écrivaient des manuels. C'est à cette époque que les livres traitant des échecs se répandirent sur le marché, formant un ensemble jamais égalé d'œuvres traitant d'un jeu de société.

Benjamin Franklin, inventeur extraordinaire dans l'histoire des États-Unis, fut le premier Américain à publier un essai sur les échecs, The Morals of Chess, en 1786. Les échecs, écrivait Franklin, enseignent « la prévoyance, parce qu'ils obligent à anticiper ; la vigilance, parce qu'ils exigent que l'on observe tout l'échiquier ; la prudence, parce qu'il faut se garder de jouer des coups sans réfléchir ; enfin, nous y apprenons la plus importante leçon pour la vie : quand tout semble aller mal, nous ne devons jamais nous décourager, mais toujours espérer que les choses iront mieux, toujours chercher résolument la solution de nos problèmes. »

Avant lui, le Français François André Danican, dit Philidor, avait déjà publié un livre très réputé, en 1749, son Analyse des échecs, dans lequel il écrivait que « les pions sont l'âme des échecs. »

Accueil  |  Haut de page  |  Chapitre suivant.

© Normand Lamoureux, 2002–2008. Sous licence Creative Commons.
Politique d'accessibilité du site. Respect de la vie privée.
À jour le 20 octobre 2005.