Vous êtes ici : Accueil > Ouverture > Piège > Piège numéro 2.

Piège numéro 2.

Le piège précédent nous a renseigné sur l'existence du pion faible f7, sur les possibilités d'attaque dont il peut être l'objet dans l'ouverture, et sur la nécessité de le protéger. Le piège qui suit a le mérite d'attirer l'attention sur un moyen de défense inadéquat.

Cavalier au bord, cavalier mort

Après 4… e5xd4

Blancs: Re1, Df3, Ta1, Th1, Fc1, Fc4, Cb1, Cg1, a2, b2, c2, e4, f2, g2, h2. Noirs: Re8, Dd8, Ta8, Th8, Fc8, Fc5, Cb8, Ch6, a7, b7, c7, d7, d4, f7, g7, h7. Trait aux blancs.

1. e2-e4 e7-e5, 2. Ff1-c4 Ff8-c5. Jusqu'ici, tout est en fonction de la conquête du centre et du développement des pièces. Il n'y a donc rien à redire si ce n'est qu'il est préférable, quand on le peut, de développer les cavaliers avant les fous.

3. Dd1-f3 ? Les blancs déploient leur dame sans raison suffisante et passent à l'attaque trop vite. Contre un jeu correct, les sorties de dame trop rapides se soldent presque toujours par une perte de temps. Mieux vaut donc les éviter.

3… Cg8-h6 ? Il est vrai que les noirs développent une pièce tout en protégeant leur pion f7, mais ils le font en décentralisant inutilement leur cavalier. Le coup approprié était : 3… Cg8-f6 qui, en plus de protéger adéquatement f7, faisait participer le cavalier à la lutte pour le centre tout en exerçant une pression sur e4.

4. d2-d4 ! En plus d'être porté au centre, ce coup attaque simultanément le fou en c5, le pion en e5 et le cavalier en h6, important défenseur de f7.

4… e5xd4, 5. Fc1xh6 g7xh6 ? Réflexe normal quand on vient de se faire prendre une pièce, mais néanmoins erroné dans les circonstances. La preuve : 6. Df3xf7 mat.

Accueil  |  Haut de page  |  Piège suivant.

© Normand Lamoureux, 2002–2007. Sous licence Creative Commons.
Politique d'accessibilité du site. Respect de la vie privée.
À jour le 20 octobre 2005.