Vous êtes ici : Accueil > Ouverture > Piège > Piège numéro 4.

Piège numéro 4.

Le pion f7 doit être continuellement surveillé… surtout quand il est sous les feux d'une tour en position de soutenir une attaque gagnante sur le roi.

À malin, malin et demi

Après 5. Cg1-e2

Blancs: Re1, Dd1, Ta1, Th1, Fc1, Fc4, Cb1, Ce2, a2, b2, c2, e5, f2, g2, h2. Noirs: Re8, Dd8, Ta8, Th8, Fc8, Ff8, Cb8, Ce4, a7, b7, c6, d7, f7, g7, h7. Trait aux noirs.

1. e2-e4 e7-e5 2. Ff1-c4 Cg8-f6. Chacun des deux joueurs pense à lutter pour le centre et à développer ses pièces.

3. d2-d4 Cf6xe4. La partie n'en est encore qu'au troisième coup et déjà la lutte pour le centre se trouve clairement engagée.

4. d4xe5 c7-c6. Le pion e5 devient gênant et les noirs dégagent la diagonale de leur dame pour s'en emparer grâce à Dd8-a5+ suivi de Da5xe5. De plus, ce coup vise à empêcher 5. Dd1-d5 et à préparer la poussée libératrice d7-d5.

5. Cg1-e2. Pour pouvoir reprendre en c3 avec une pièce afin d'éviter de se retrouver avec des pions doublés après 5… Dd8-a5+, 6. Cb1-c3 Ce4xc3.

Le fou en c4 est sans protection. Les noirs jouent 5… Ce4xf2 dans l'espoir de regagner avantageusement leur pièce après 6. Re1xf2 ? Dd8-h4+ suivi de Dh4xc4, mais une surprise de taille les attend.

6. 0-0 ! Tout en mettant leur roi à l'abri d'éventuelles mises en échec, les blancs mettent une tour en jeu sur une colonne semi-ouverte, menacent de prendre le cavalier au prochain coup et tendent un piège en laissant délibérément leur dame en prise.

6… Cf2xd1 ? Les noirs tombent dans le panneau à pieds joints. Mieux aurait valu 6… Ff8-c5, car en retirant ainsi leur cavalier de la colonne « f », les noirs donnent plus de puissance à la tour blanche… et ouvrent la porte à une attaque gagnante : 7. Fc4xf7+ Re8-e7 (forcé), 8. Fc1-g5 mat. Joli, n'est-ce pas ?

Accueil  |  Haut de page  |  Piège suivant.

© Normand Lamoureux, 2002–2007. Sous licence Creative Commons.
Politique d'accessibilité du site. Respect de la vie privée.
À jour le 20 octobre 2005.