Vous êtes ici : Accueil > Ouverture > Piège > Piège numéro 9.

Piège numéro 9.

Quelques exemples nous ont déjà montré l'importance de ne pas déployer sa dame trop tôt dans la partie. En voici un autre où les noirs, sans encourir le moindre risque, réussissent à coincer la dame blanche alors qu'elle se trouve à l'intérieur des limites territoriales de son propre camp.

La dame coincée

Après 3… e5-e4

Blancs: Re1, Df3, Ta1, Th1, Fc1, Ff1, Cc3, Cg1, a2, b2, c2, d2, e3, f2, g2, h2. Noirs: Re8, Dd8, Ta8, Th8, Fc8, Ff8, Cb8, Cg8, a7, b7, c7, d5, e4, f7, g7, h7. Trait aux blancs.

1. e2-e3. Ce coup libère les diagonales du fou et de la dame, mais ne lutte pas très efficacement pour le contrôle du centre. Mieux vaut 1. e2-e4.

1… e7-e5, 2. Dd1-f3 ? Ce coup est fautif, car en occupant ainsi la case naturelle du cavalier-roi, la dame nuit au développement harmonieux des pièces de son propre camp.

2… d7-d5. Les blancs ayant négligé la lutte pour le centre, il est normal que les noirs tentent de s'en emparer.

3. Cb1-c3 e5-e4. La position compromettante de la dame permet cette avancée de pion en territoire adverse avec gain de temps. Il en résulte aussi un gain d'espace pour les noirs.

4. Df3-f4 ? Vraisemblablement pour laisser la dame en jeu, mais il aurait mieux valu la faire rentrer bien sagement en d1.

4… Ff8-d6 ! N'ayant plus de case de retraite, la dame sera, au mieux, échangée contre le fou. Voilà à quoi on s'expose à sortir sa dame trop tôt. L'avantage matériel des noirs sera trop grand. Les blancs abandonnent.

Accueil  |  Haut de page  |  Piège suivant.

© Normand Lamoureux, 2002–2007. Sous licence Creative Commons.
Politique d'accessibilité du site. Respect de la vie privée.
À jour le 20 octobre 2005.