Vous êtes ici : Accueil > Règles > Annexe E.

Les règles officielles du jeu d'échecs.

Annexe E : La notation algébrique.

La FIDÉ ne reconnaît pour ses tournois et pour ses matchs qu'un seul système de notation, la notation algébrique, et préconise également l'utilisation de ce système dans les livres d'échecs et dans la presse échiquéenne. Les feuilles de partie utilisant un autre système que la notation algébrique ne peuvent pas être utilisées comme preuve dans les cas où ces feuilles sont normalement utilisées. Un arbitre qui s'aperçoit qu'un joueur utilise un autre système de notation que le système algébrique devra prévenir le joueur de cette obligation.

Description de la notation algébrique : 

1.  Chaque pièce est désignée par la première lettre (lettre majuscule) de son nom. Exemples : R = Roi, D = Dame, T = Tour, F = Fou, C = Cavalier.

2.  Pour la première lettre du nom de la pièce, chaque joueur a le droit d'utiliser la première lettre du nom habituellement utilisé dans son pays. Exemples : B = bishop (le Fou en anglais), L = loper (le Fou en néerlandais). Dans la presse, l'utilisation de dessins pour les pièces est recommandée.

3.  Les pions ne sont pas désignés par leur première lettre, mais, au contraire, se reconnaissent par l'absence de celle-ci. Exemples : e5, d4, a5.

4.  Les 8 colonnes (de gauche à droite pour les blancs et de droite à gauche pour les noirs) sont désignées par les lettres minuscules a, b, c, d, e, f, g et h, respectivement.

5.  Les 8 traverses (du bas vers le haut pour les blancs et du haut vers le bas pour les noirs) sont numérotées 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, respectivement. En conséquence, au départ, les pièces et les pions blancs sont placés sur les première et deuxième traverses ; les pions et les pièces noires sont placés sur les septième et huitième traverses.

6.  Suite aux règles précédentes, chacune des 64 cases est toujours repérée par l'unique combinaison d'une lettre et d'un nombre.

7.  Le déplacement de chaque pièce est indiqué par (a) la première lettre de la pièce en question et (b) la case d'arrivée. Il n'y a pas de tiret entre (a) et (b). Exemples : Fe5, Cf3, Td1.

Pour les pions, seule la case d'arrivée est indiquée. Exemples : e5, d4, a5.

8.  Quand une pièce en prend une autre (ou un pion), une croix (x) est intercalée entre (a) la première lettre de la pièce en question et (b) la case d'arrivée. Exemples : Fxe5, Cxf3, Txdl.

Quand un pion prend une pièce (ou un pion), non seulement la case d'arrivée, mais aussi la colonne de départ doivent être indiquées, avec une croix (x) entre les deux. Exemples : dxe5, gxf3, axb5.

Dans le cas d'une prise « en passant », la case d'arrivée est celle où le pion va se trouver après la prise en passant. Un « e.p. » est ajouté à la suite de la notation.

9.  Si deux pièces identiques peuvent arriver sur la même case, la pièce qui se déplace est indiquée ainsi :

(1)  Si les deux pièces sont sur la même traverse, par (a) la première lettre de la pièce, et (b) la colonne de départ et (c) la case d'arrivée.

(2)  Si les deux pièces sont sur la même colonne, par (a) la première lettre de la pièce, (b) la traverse de départ et (c) la case d'arrivée.

(3)  Si les pièces sont sur des colonnes et des traverses différentes, la notation (1) est préférée.

En cas de prise, une croix (x) doit être intercalée entre (b) et (c).

Exemples :

(1)  Il y a 2 Cavaliers sur les cases g1 et d2, et l'un des deux va en f3 : soit Cgf3, soit Cdf3, selon le cas.

(2)  Il y a 2 Cavaliers sur les cases g5 et g1, et l'un des deux va en f3 : soit C5f3, soit C1f3, selon le cas.

(3)  Il y a 2 Cavaliers sur les cases h2 et d4, et l'un des deux va en f3 : soit Chf3, soit Cdf3, selon le cas.

S'il y a une prise en f3, les exemples précédents sont modifiés par l'insertion d'une croix :

(1)  soit Cgxf3 soit Cdxf3

(2)  soit C5xf3 soit C1xf3

(3)  soit Chxf3 soit Cdxf3, selon le cas.

10.  Si deux pions peuvent prendre la même pièce (ou le même pion) de l'adversaire, le pion qui se déplace est indiqué par (a) la lettre de la colonne de départ (b) un « x » et (c) la case d'arrivée. Exemple : s'il y a 2 pions blancs sur les cases c4 et e4 et une pièce (ou un pion) noire sur la case d5, la notation pour le coup des blancs est soit cxd5, soit exd5, selon le cas.

11.  En cas de promotion d'un pion, le déplacement du pion en question est indiqué, suivi immédiatement par la première lettre de la pièce promue. Exemples : d8D, f8C, b1F, g1T.

12.  Une offre de nullité sera notée ainsi : (=).

Principales abréviations : 

0-0 = roque avec la Tour h1 ou la Tour h8 (petit roque)

0-0-0 = roque avec la Tour a1 ou la Tour a8 (grand roque)

x = prise

+ = échec

# = échec et mat

e.p. = prise « en passant »

(=) = offre de nullité

Exemple : 1. d4 Cf6 2. c4 e6 3. Cc3 Fb4 4. Fd2 0-0 5. e4 d5 6. exd5 exd5 7. cxd5 Fxc3 8. Fxc3 Cxd5 9. Cf3 b6 10. Db3 Cxc3 11. bxc3 c5 12. Fe2 cxd4 13. Cxd4 Te8 14. 0-0 Cd7 15. a4 Cc5 16. Db4 Fb7 17. a5 etc.

Accueil  |  Haut de page  |  Fin de la section règles.

© Normand Lamoureux, 2002–2008. Sous licence Creative Commons.
Politique d'accessibilité du site. Respect de la vie privée.
À jour le 20 octobre 2005.