Vous êtes ici : Accueil > Tactique > Coup intermédiaire.

Le coup intermédiaire.

Définition et exemple.

Coup intermédiaire :
coup par lequel on reporte un coup ayant une certaine urgence en gagnant d'abord un tempo, c'est-à-dire en jouant un coup auquel il est encore plus urgent de répliquer.

Exemple de coup intermédiaire Blancs: dame en f5, tour en g5 et cavalier en h5. Noirs: roi en h8, tour en e7 et pion en e6.

La dame blanche est en prise.

Plutôt que de soustraire tout de suite leur dame à l'attaque du pion noir, les blancs jouent 1. Ch5-f6, menaçant ainsi de faire mat.

Si en effet les noirs jouent 1… e6xf5, les blancs répliquent 2. Tg5-g8 mat.

En créant une menace plus forte que celle qui pèse sur eux, les blancs reportent d'un coup l'obligation de se tirer d'embarras. Ils ont joué un « coup intermédiaire ».

Analyse et compléments.

Lorsque le coup intermédiaire consiste en un échec, on a plutôt un échec intermédiaire.

Tout comme la contre-attaque, à laquelle il ressemble beaucoup, le coup intermédiaire survient le plus couvent comme quelque chose d'inattendu et de déstabilisant. Mais contrairement à elle, ce qu'il crée n'est pas une attaque, mais une menace. D'où son caractère plus sournois.

Accueil  |  Haut de page  |  Tactique suivante.

© Normand Lamoureux, 2002–2007. Sous licence Creative Commons.
Politique d'accessibilité du site. Respect de la vie privée.
À jour le 20 octobre 2005.