Vous êtes ici : Accueil > Tactique > Échec double.

L'échec double.

Définition et exemple.

Échec double :
attaque simultanée du roi par deux pièces adverses. Remarque : en notation algébrique un échec double se note « ++ », et la seule façon de s'y soustraire consiste à déplacer son roi ; soit sur une case où il n'est plus en prise, soit en lui faisant prendre un des deux attaquants.

Exemple d'échec double Blancs: tour en g5 et cavalier en g6. Roi noir en g8.

Actuellement, le roi noir n'est pas en échec.

En jouant 1. Cg6-e7++, non seulement le cavalier blanc met-il le roi noir en échec, mais la tour blanche aussi.

D'où le nom d'échec double.

Analyse et compléments.

Comme l'attaque ou l'échec à la découverte, l'échec double repose sur l'action coordonnée de deux pièces constituées en « batterie ».

Cinq conditions doivent être réunies pour qu'un échec double puisse avoir lieu :

  1. le roi doit se trouver dans la ligne de tir d'une pièce à longue portée adverse ;
  2. la ligne de tir de cette pièce ne doit être obstruée que par une seule pièce ;
  3. cette pièce doit appartenir au même camp que la pièce à longue portée ;
  4. cette pièce doit pouvoir jouer ;
  5. cette pièce doit pouvoir mettre elle-même le roi adverse en échec.

Le roi victime d'un échec double ne peut s'y soustraire qu'en se déplaçant. Ce qui reste vrai, même lorsque les deux pièces qui le mettent en échec sont en prise. C'est dire la force de frappe qu'un tel mécanisme permet de déployer. En voici un exemple.

Exemple d'échec double dont les 2 attaquants sont en prise Blancs: dame en e6, tour en f7 et cavalier en g5. Noirs: Roi en g8, dame en e8, tour en f8, pions en g7 et h7.

Après 1. Tf7xf8++, l'échec double oblige le roi à trouver refuge sur une autre case, et ce, bien que les pièces qui s'en prennent à lui se retrouvent toutes deux en prise.

Après la capture de la tour blanche par le roi en f8 il s'ensuit 2. De6-f7 mat. Une avancée qui n'aurait pas été possible si la tour noire avait pu prendre la dame au coup précédent.

Accueil  |  Haut de page  |  Tactique suivante.

© Normand Lamoureux, 2002–2007. Sous licence Creative Commons.
Politique d'accessibilité du site. Respect de la vie privée.
À jour le 20 octobre 2005.