Vous êtes ici : Accueil > Tactique > Enfilade.

L'enfilade.

Définition et exemple.

Enfilade :
écart du roi ou d'une pièce adverse de grande valeur pour en capturer une autre située derrière.

Exemple d'enfilade Blancs: fou en g5 et pion en e5. Noirs: roi en g7 et dame en h8.

Le roi et la dame des noirs se trouvent sur la même diagonale.

En jouant 1. Fg5-f6+, les blancs mettent le roi en échec, obligent celui-ci à trouver refuge sur une autre case, et capturent la dame le coup suivant.

La dame noire s'est fait prendre en enfilade.

Analyse et compléments.

Il ne faut pas confondre enfilade et clouage. Dans le cas d'une enfilade, le roi se trouve devant la pièce attaquée. Tandis que dans le cas d'un clouage, il se rouve derrière.

On ne peut prendre une pièce adverse en enfilade qu'avec une dame, une tour ou un fou. Donc avec une pièce à longue portée.

Il y a sept conditions requises pour qu'une enfilade puisse avoir lieu :

  1. deux pièces du même camp doivent se trouver sur la même ligne, sans pièce intermédiaire entre elles ;
  2. une pièce à longue portée adverse doit pouvoir les attaquer dans le prolongement de leur alignement sans craindre de se faire capturer elle-même ;
  3. la pièce immédiatement attaquée doit être de plus grande valeur que l'attaquant ;
  4. la pièce immédiatement attaquée ne peut pas être protégée autrement qu'en prenant la fuite ;
  5. cette fuite ne peut pas se faire avec gain de temps ;
  6. une fois la pièce de plus grande valeur écartée, l'attaquant adverse n'est pas cloué ;
  7. la pièce située derrière la première doit être de plus grande valeur que l'attaquant ou, à défaut, demeurer sans protection une fois la première écartée.

En son expression la plus simple, donc, une enfilade est une prise faisant suite à un écart.

Accueil  |  Haut de page  |  Tactique suivante.

© Normand Lamoureux, 2002–2007. Sous licence Creative Commons.
Politique d'accessibilité du site. Respect de la vie privée.
À jour le 20 octobre 2005.