Vous êtes ici : Accueil > Tactique > Opposition.

L'opposition.

Définition et exemple.

Opposition (gagner l'~) :
coup de roi visant à dominer le roi adverse.

Exemple d'opposition Blancs: roi en g5 et pion en f5. Noirs: roi en f8.

Après 1. Rg5-f6, le roi noir, obligé de jouer, doit céder le passage au roi blanc.

Si les noirs jouent 1… Rf8-e8 il s'ensuit 2. Rf6-g7 suivi de la promotion du pion trois coups après. Et si les noirs jouent 1… Rf8-g8 il s'ensuit 2. Rf6-e7 suivi, également, de la promotion du pion trois coups après.

Dans un cas comme dans l'autre, le roi noir ne peut plus rien faire pour empêcher le roi blanc de gagner le contrôle de la case de promotion et, par suite, d'y avancer son pion en toute quiétude.

Analyse et compléments.

L'opposition ne concerne que les rois et repose sur le fait que ces derniers ne peuvent jamais se rencontrer. Une fois les rois séparés d'une seule case, en effet, ils ne peuvent plus s'approcher davantage l'un de l'autre. L'opposition est alors créée entre les deux.

Ce qui se passe ensuite dépend du trait. Car celui des deux qui n'a pas le trait empêche l'autre d'avancer et se trouve à agir sur lui comme un repoussoir. Au contraire, celui des deux qui a le trait se voit dans l'obligation de céder du terrain et se trouve par le fait même désavantagé.

Dans certaines situations, un simple coup de repos permet de gagner ou de regagner l'opposition.

L'opposition est si importante en finale que sa perte entraîne souvent celle de la partie. D'où l'importance de connaître les règles qui suivent pour la gagner :

  1. lorsque les rois sont sur la même ligne, le joueur au trait doit laisser un nombre impair de cases entre les deux rois ;
  2. lorsque les rois ne sont pas sur la même ligne, le joueur au trait doit jouer son roi sur une case de même couleur que celle où se trouve l'autre roi, mais de façon, en plus, à ce que les quatre coins du rectangle dans lequel se trouvent les rois soient de même couleur.

Règles qu'on peut illustrer comme ceci :

Les blancs gagnent l'opposition en jouant comme indiqué
Opposition directe
L'échiquier présente trois cas. Cas 1: roi blanc en c5 et roi noir en c8. Les blancs jouent Rc5-c6. Cas 2: roi blanc en d1 et roi noir en a4. Les blancs jouent Rd1-c2. Cas 3: roi blanc en g1 et roi noir en g8. Les blancs jouent Rg1-g2.
Opposition indirecte
L'échiquier présente 2 cas. Cas 1: roi blanc en c3 et roi noir en a8. Les blancs jouent Rc3-c4. Cas 2: roi blanc en e2 et roi noir en h8. Les blancs jouent Re2-f2.
Lorsque les rois sont sur la même ligne, le joueur au trait gagne l'opposition en laissant un nombre impair de cases entre les rois. Lorsque les rois ne sont pas sur la même ligne, le joueur au trait gagne l'opposition en jouant de façon à ce que les rois forment un rectangle dont les coins sont de même couleur.

Accueil  |  Haut de page  |  Tactique suivante.

© Normand Lamoureux, 2002–2007. Sous licence Creative Commons.
Politique d'accessibilité du site. Respect de la vie privée.
À jour le 20 octobre 2005.